La culture de l'esprit

Vidocq portrait

Le titan Vidocq, de la pègre à la police

Comment raconter l’histoire tumultueuse d’Eugène-François Vidocq ? Il y a tant à dire sur ce personnage qui fût à la fois le plus grand bandit mais aussi le plus grand policier de son temps. Ingénieux dans ses évasions, inventeur du papier infalsifiable, acteur de la réinsertion sociale, Vidocq saura vous épater, et je l’espère, vous inspirer, tout comme il inspira le Jean Valjean de Victor Hugo.

Portait d'Eugène-François Vidocq
Eugène-François Vidocq

Jeune vaurien

La vie de cet homme débute place d’armes, à Arras, en 1775. Dans une période où la France connait d’intenses bouleversements politiques, et donc une importante instabilité.

C’était la nuit : la pluie tombait par torrents ; le tonnerre grondait ; une parente, qui cumulait les fonctions de sage-femme et de sybille, en conclut que ma carrière serait fort orageuse.

Mémoires de Vidocq

De constitution robuste et d’esprit bagarreur, Vidocq passe son temps à rosser ses camarades. Fils de boulanger, il prend aussi l’habitude de voler l’argent de la caisse, jusqu’à ce que son père ne s’en rende compte et ne la ferme à clé… C’est à cet instant que le vaurien exercera ses talents de voleur, simplement en créant une fausse clé. S’ensuivront d’autres larcins, puis oscillant entre boulanger et voleur, Vidocq décidera finalement de quitter la ville. Bien évidemment sans oublier de piocher dans la caisse de son père une dernière fois…

Le monde de la pègre

Privé de sa famille, jeune et inexpérimenté, il tentera de survivre dans un monde brutal. Escroqué par-ci, maltraité par-là, il développe des compétences propres à la pègre. Etant beau jeune homme, sa séduction lui vaudra souvent d’être mis à la porte par de malheureux maris cocus. Finalement, il se retrouvera au bagne pour avoir contribué à l’écriture d’un faux, faux qui le pourchassera jusqu’à la bascule de sa vie…

Son arrestation est plutôt comique, puisqu’avant d’être capturé, il capturera lui-même les policiers et les enfermera dans sa chambre. En effet, son visage n’était pas connu des autorités, alors quand la fine équipe débarque pour le capturer, il leur répond avec sang-froid :

Quand Vidocq entrera, je vous ferai signe. Restez ici dans ce cabinet avec vos hommes, afin qu’il ne se doute de rien et qu’il entre jusqu’ici.

Mémoires de Vidocq

Là-dessus le rusé sort et ferme la porte à double tour, avant de cracher d’un ton railleur :

C’est à Vidocq que vous en vouliez ? Eh bien vous êtes son prisonnier. Au revoir !

Mémoires de Vidocq

Les évasions d’Eugène-François Vidocq

Il ne restera pas longtemps au bagne, il s’échappera toujours en usant de stratagèmes aussi drôles qu’efficaces.

bagne-de-Toulon
Bagne de Toulon, ou Vidocq séjourna quelque temps

Une fois, il prétexta des douleurs aux jambes, et fut donc envoyé à l’hôpital du bagne. Pour les malades, rien n’est refusé car alors ils représentent des patients. S’étant plaint de douleurs aux jambes, Vidocq exige qu’on lui retire ses chaines. Cela fait, il enfile une perruque et des favoris soigneusement préparés, dérobe quelques habits de chirurgien puis tente de se faire la belle. Il traverse la cour, passe devant des soldats, personne ne le reconnait. Soudain une voix retentit :

– Arrêtez ce forçat qui s’évade !

En conservant son calme, Vidocq, rusé comme Ulysse, détourne l’attention. Il désigne un homme et hurle :

– Ne voyez-vous pas que c’est un échappé de l’hôpital ?

Les soldats s’élancent sur la cible désignée par Vidocq. Un soulagement l’envahit lorsque soudain, la poigne d’un infirmier se referme sur lui… Il est fait. Il a fait une “gonette”, du vocabulaire bagnard, désigne une évasion mal combinée.

Finalement, à force de s’évader il accentue sa peine qui n’est plus seulement celle dédiée à l’usage de faux. Enfoncé dans cette voie de fuite, de peur, et de capture, il ne pourra stopper cette roue infernale au risque de passer sa vie entière au bagne.

Cette pousse provient du même champ :   Les poèmes de William Blake, inspiration des chants d'innocence

Désigné bagnard

Ce qui le marqua profondément, fût son impossibilité à se réintégrer dans la société à la suite d’un séjour au bagne, notamment à cause des papiers qui les marquent comme bagnards. Vidocq sera sans cesse saisi par la peur d’être repris. La sensation que pour quelques erreurs il a entièrement détruit sa vie le ronge… Pourquoi la société ne pourrait-elle pas pardonner ? Ce que l’on appelle justice, fait en sorte que, lorsque l’on est malfrat, on le reste jusqu’à la fin de ses jours. Et, pourquoi lui-même s’est-il détruit en s’enfonçant dans cette voie ?

fiches d'identité de bagnards

Dès qu’il trouvait un travail, Vidocq finissait à terme par être trahi, puis enfin livré de nouveau à la police. Une vie honnête ne pouvait plus exister pour cet homme pourchassé par les fantômes de son passé.

Usé de ses évasions et de cette vie d’angoisses, il se livrera définitivement à la police, et en monnaie d’échanges pour conserver sa liberté, il offrira ses précieux services.

La rédemption dans la police

Faisant le constat évidant que, dans la police la vie est plus agréable que dans la pègre, Vidocq se décidera à changer de bord. Il vend ses services en infiltrant le milieu de la pègre. Il connait la pègre et son fonctionnement du bout des doigts, notamment l’argot bien particulier de ce monde sombre, qui permet aux membres de la caste de se reconnaître et s’accorder naturellement confiance. Progressivement, et à la vue des résultats, son supérieur de police lui confie de plus en plus de responsabilités.

A de nombreuses reprises, Vidocq joue avec ses cibles en se faisant passer pour un autre, et en infiltrant le milieu. Il écoute, récolte des informations puis cueille… Parfois il entend parler de Vidocq, ce traitre apparemment facile à démasquer. Lorsque l’heure vient, il se dévoile et leur apprend gentiment que Vidocq les arrête.

Ses compétences de bagnard lui permettront de surpasser ses collègues de la police qui, jaloux, tenteront sans cesse de le rabaisser… Ils n’y parviendront jamais, car Vidocq a le soutien de son supérieur qui lui, reconnait ses capacités et base son jugement sur le mérite, plutôt que sur une basse jalousie.

Vidocq au service de la société

Après un long chemin dans la police, Vidocq ouvrira finalement le premier cabinet de détective privé… Il inspirera Conan Doyle dans l’écriture de Sherlock Holmes. En effet, on retrouve chez ce personnage certains points communs comme les déguisements et la réflexion.

Ce Grand Policier ne s’arrêtera pas là, s’y connaissant en faux, il inventera le papier infalsifiable. Invention qui lui sera dérobée par un concurrent… A la genèse de la réinsertion sociale, Vidocq constituera sa brigade de sureté d’anciens bagnards qui, comme lui, ont finalement trouvé meilleure vie dans la police.

bureau de renseignement Vidocq

De Bagnard à Policier, d’ingénieur entrepreneur à éducateur social, le Grand homme français Eugène-François Vidocq a eu un chemin de titan. Les émotions et les idées qui ont traversé son esprit suffiraient pour combler de nombreuses vies. Ayant été poussé dans les ténèbres au cours de sa jeunesse, il parvint à sublimer ses expériences. Dans le rachat de sa personne, il contribua au développement de la société, et alors il trouva en son âme une paix profonde, que le jeune bagnard n’aurait pu espérer en tremblant d’être repris.


Nouveaux contes, mythes et légendes pour comprendre le XXIe siècle

Voici la compilation ultime de mes écrits. Vous y retrouverez plus de 300 pages de légendes et nouvelles, accompagnées de réflexions philosophiques :

Votre livre Cliquez ici ou sur l'image pour découvrir ce travail.

Un projet d’écriture ou une question ? Pour me contacter, c'est par ici

Précédent

L’exorcisme, un outil pour la psychothérapie

Suivant

Découvrez 5 citations françaises du Moyen-âge

  1. nina

    https://www.youtube.com/watch?v=XZRj2nVWI2E

    souvenir de jeunesse, ce feuilleton sur la vie de Vidocq !
    Inspirant de nombreux écrivains, Balzac avec Vautrin, Dumas avec Jackal, E.Sue dans les mystères de Paris, Doyle avec Sherlock Holmes, Alan Poe avec la rue Morgue et même le feuilleton télévisé Cheri Bibi sans oublier Valjean de V. Hugo, cet évadé du bagne qui devient un forçat repenti porte en lui les affres de la misère et du trottoir mais aussi la haute aspiration humaine à la bonté et à l’altruisme. Il sera l’image du détective assidu mais aussi un peu le Robin des bois qui pourchasse les voleurs du peuple et les traitres.
    J’aime à le voir voyageur et aventurier comme Corto Maltese, lui qui est né à Arras rue du miroir de Venise, tout un programme pour sa vie.

  2. Vérène Schaeffer

    Vidocq devient aussi personnage de roman. C’est bien lui qui se cache sous les traits du bagnard Jean Vautrin créé par Balzac dans Le père Goriot et dans Splendeurs et misères des courtisanes. Il est également Jean Valjean dans les Misérables de Victor Hugo. On le retrouve encore dans Double assassinat de la rue Morgue d’Edgar Allan Poe et dans Les Mystères de Paris d’Eugène Sue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez tous mes livres : Cliquez ici pour découvrir mes plantations...

Thème par Anders Norén