La culture de l'esprit

prier avec chapelet

L’exorcisme, un outil pour la psychothérapie

L’exorcisme est, dans l’inconscient collectif, perçu comme une espèce de chasse au démon. Le prêtre s’approche, récite des incantations, détruit la bête, et enfin il libère la personne du mal. Cependant, il est difficile de concevoir qu’un véritable démon, qu’on ne peut évidemment pas voir, ait pu pénétrer la victime… Cette perception populaire et spectaculaire correspond bien aux films, mais dans la réalité, il est possible de se demander d’où provient réellement le démon, ne serait-il pas la simple expression d’un trauma psychique ?

Je commence par les écouter, elles ont besoin de parler, et elle parlent beaucoup…

Au fond, de Satan, nous ne savons rien.

Témoignage d’un prêtre exorciste – 1983

Les victimes parlent, comme le ferait un traumatisé ayant besoin de se confier. L’expression de Satan passe par le corps humain. C’est l’individu qui, par son vécu, a la sensation d’être possédé, et a besoin d’être délivré de ses souffrances.

Comprendre le phénomène de possession

J’ai un démon en moi, je voudrais m’en débarrasser… J’utilise les lettres sacrées pour l’éloigner.

Comment je pourrais pardonner à tous ceux qui m’insultent ? Le monde est bien trop cruel…

Témoignage d’un possédé – 2022

A travers ce témoignage, nous comprenons que le possédé a symbolisé le mal qui le ronge par Satan. Satan étant alors l’expression symbolique de souffrances psychiques, matérielles. L’individu a reçu des stimulations négatives par ses sens, vécu des situations douloureuses. Il a tout d’abord tenté de faire face, mais se sentant impuissant, il a finalement cherché sa force dans la croyance. En récitant des prières, le croyant s’apaise, et transforme le mal qui le ronge en un Démon. Il peut alors chasser ce démon à tout moment en invoquant les reliques de sa religion.

bougies et fumée, lieu d'exorcisme

Le processus est le même que pour les victimes d’un stress post-traumatique, la victime oublie l’évènement originel. Le cerveau étouffe l’image nette et traumatisante, de façon à continuer à vivre. Cependant, le cerveau étant programmé pour la survie, il conserve les réactions comportementales liées aux stimulations autrefois dangereuses. C’est pourquoi, un simple flash rouge peut provoquer un stress violent si celui-ci est rattaché à un évènement traumatisant. Cependant, ce flash rouge ne fera pas forcément resurgir les images du passé.

Pour se libérer dans fantômes du passé, il faudra effectuer un travail psychothérapeutique, creuser son vécu. C’est par ces soins que l’individu trouvera la clé de ses souffrances, et se délivrera de son trauma psychique. Finalement, qu’une victime d’un stress post-traumatique perçoit dans son ancienne souffrance une ombre noire ou alors Satan, cela ne change rien au fond de sa douleur. Tout est ici question de perception.

Chasser son démon

Ce lien entre exorcisme et psychothérapie est très bien représenté dans le film The Rite. Anthony Hopkins, l’exorciste, s’amuse à amplifier la croyance de ses patients en disséminant par-ci par-là des grenouilles, symbole du mal. Il sait donc que c’est par leur foi, par leur perception des choses, que les individus se libèrent de Satan. Ils doivent croire, sans cet effet placebo l’exorcisme n’a aucun effet. En croyant, ils se confient en quelque sorte à Dieu, à une entité supérieure qui vient les protéger de leurs souffrances.

Cette pousse provient du même champ :   Les quatre éléments comme vous ne les avez jamais vus
bancs d'une église

Eliminer son démon, c’est en quelque sorte éliminer de son esprit la représentation du traumatisme vécu. Si la personne est convaincue d’être habitée par le Diable, et que le prêtre exorciste amplifie ce phénomène en usant d’idoles, il pourra alors le chasser de l’esprit de son malade. Par ses incantations, il bloquera la présence du mal, car le malade croit en cette force surnaturelle. Ceci permet au guérisseur d’avoir un certain contrôle sur la victime.

Guérir du trauma psychique

Cependant, ce contrôle par prières serait inutile sans un travail psychothérapeutique de fond. Lorsque le psychothérapeute creuse la mémoire de son patient, il fait ressurgir des souvenirs violents. Cette résurgence est importante afin qu’au terme du travail, le patient prenne conscience de ce qu’il a vécu, et assimile son trauma psychique dans sa mémoire biographique (vécu assimilé, à l’inverse de la mémoire traumatique, qui s’exprime par des réactions violentes).

Cependant ces réactions peuvent aussi détruire l’individu, c’est là que la croyance va jouer un rôle clé. En prenant le rôle de pansement, l’exorcisme permettra au soignant de progresser sans détruire son patient.

Psychothérapie et exorcisme

prêtre ouvrant les portes du paradis, guérison du trauma psychique

Le prêtre guérisseur réveille le mal, déniche sa source en questionnant son fidèle, puis enfin il le détruit par la croyance lorsque celui-ci jaillit. Tout comme le psychothérapeute, l’exorciste cherche le trauma psychique et l’éradique. La croyance peut alors être perçue comme un outil essentiel à la guérison.

Par ailleurs, les traumatisés ont souvent naturellement tendance à s’entourer d’idoles de façon à “éloigner” le mal. Par leur foi en ces reliques, ils bannissent Satan au fond d’eux-mêmes. Ils devront ensuite être suivis psychologiquement afin d’éviter que le monstre ne ressurgisse… Finalement, qu’il soit Satan, un spectre, une ombre, ou n’importe quelle expression, le mal se trouve toujours dans l’esprit de l’individu, et exprime ses souffrances les plus profondes. Et alors que le guérisseur soit un prêtre vaudou, un exorciste, ou un psychothérapeute, cela n’a aucune importance, l’essentiel étant que l’individu puisse vivre en paix.


Nouveaux contes, mythes et légendes pour comprendre le XXIe siècle

Voici la compilation ultime de mes écrits. Vous y retrouverez plus de 200 pages de légendes et nouvelles, accompagnées de réflexions philosophiques :

Votre livre Cliquez ici ou sur l'image pour découvrir ce travail.

Un projet d’écriture ou une question ? Pour me contacter, c'est par ici

Précédent

Les zombies existent, mystérieux procédé de fabrication

Suivant

Le titan Vidocq, de la pègre à la police

  1. nina

    La question qui prédomine lors d’un début de psychanalyse ou d’un exorcisme pourrait être comme en criminologie : ” à qui profite le crime ? ”
    L’écoutant, celui qui reçoit le souffrant devient semblable à un “miroir” ; c’est le patient, le demandeur qui, sous l’impulsion de certaines paroles ou de certains “états” de relaxation bénéfiques va faire jaillir de lui même et de sa mémoire ce qui le tourmente.
    Le soignant, le prêtre ne sait pas, ne connait pas la part d’ombre et de ténèbres qui habitent la personne qui se trouve à lui.
    C’est en devenant réflecteur et en instaurant une totale confiance que le soigné va raconter, dire, et enfin être entendu, écouté et compris.
    A partir de là, ce qui remonte comme souvenirs lors d’une séance sera véridique, pourra être vérifié.
    Névrose, délire, psychose ? Evènements surnaturels ? Hallucinations et visions là où l’inconscient cède le pas à la sortie des ténèbres effarantes. Le diabolique masque une réalité oubliée, un souvenir occulté ; ce trou noir, ce vide de mémoire, ce déni et ce refoulé qui cachait le “mal” souvent sous les traits d’un “démon”, d’un “mauvais esprit”, d’une possession ou d’un “sort” jeté par quelqu’un de haineux.
    Ce “démon” sécurise en fait la porte de l’enfer privé, là où flammes et tortures ne s’éveillent que la nuit, dans la solitude ou parfois à un moment de “flashs”, d’alertes réactivées par quelque chose ; L’intime est devenu extérieur et c’est bien plus facile à vivre, il y a le secours de la foi par exemple…
    Mais croyant ou incroyant, celui qui a peur et se réfère à l’image du Diable, des démons, d’un mauvais esprit, se sent “possédé” par une force supérieure et extérieure à lui même.
    La terreur “possession” viendrait de cette part d’ombre inconnue ; le travail est important pour libérer l’individu porteur de ces frissons d’horreur ; il faut réconcilier les parts dissociées de l’être humain et l’aider à faire le lien, à relier tous les morceaux du puzzle de sa vie. A devenir une unité.
    Ce qui se passe en toi est toujours présent, et tourne en rond dans un cercle de feu qui te brûle à l’infini ; tant que tu ne l’as pas intégré et compris, tant que tu n’as pas mis de mots sur le mal être, sur la nausée, sur le dégoût et les frayeurs. Tant que le refoulé, l’occulté n’a pas été mis en mots.
    La parole du prêtre comme la parole du psychologue sont autant de fil d’Ariane qui aide le patient à sortir du labyrinthe où il est enfermé avec son minotaure personnel.

    • Rien à redire ! Merci pour ton commentaire. Le soignant est un guide dans la vallée de l’enfer, il nous emmène vers nos démons tout en tenant fermement notre main.

  2. Vérène Schaeffer

    Chacun de nous sent un jour le besoin d’exorciser ses démons, ceux qu’il connaît et surtout ceux qu’il ignore et qui le poussent vers des ravins qu’il ne voit pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez tous mes livres : Cliquez ici pour découvrir mes plantations...

Thème par Anders Norén