La culture de l'esprit

barque menant à la vie après la mort

Comment devenir immortel ?

L’immortalité marque la persistance d’un corps dans la matière, ce corps est éternel car il ne peut être anéanti par le temps. Depuis le point conscient où l’être humain s’est rendu compte de sa mortalité, il cherche à y remédier dans une quête d’immortalité.

L’homme, par l’esprit, est capable de conceptualiser sa propre mort. C’est cette peur profonde qui contribua à faire jaillir dans l’inconscient collectif des mythes tels que la fontaine de jouvence (rajeunit celui qui y boit), où la croyance en des élixirs de vie ou de rajeunissement que les alchimistes ont cherché et cherchent toujours. C’est en misant sur l’espoir de toucher à l’immortalité, que l’homme a affronté la mort.

la fontaine de jouvence source d'immortalité

L’humanité, en plus de ces croyances en des sources d’immortalité soi-disant trouvable sur Terre, combla cette question de la mort en misant sur une deuxième réponse : un développement spirituel. Une religion offrant une explication à l’énigme de la mort. A sa mort, l’âme humaine s’élève vers les cieux, qui selon les peuples et les variations du milieu sont un grand banquet, une orgie, une guerre, ou une réunion pour les défunts. Ce qui compte principalement pour un peuple, c’est d’insuffler l’espoir qu’il y a un au-delà, que lorsque l’organisme conscient aura relâché son dernier souffle son âme persistera.

Devenir immortel avec la religion

Cette quête d’immortalité spirituelle a évolué au fil des siècles, et désormais pourrait-elle encore muter afin de répondre aux exigences de notre ère ? Car si la religion s’essouffle, l’homme reste néanmoins cette créature consciente capable d’anticiper le futur, et donc sa propre mort. Et face à cette angoisse cette créature a besoin de réponses. Mais peut-on encore de nos jours lui parler d’un paradis aux portes dorées, d’un royaume qui siègerait dans les cieux ? Peut-on encore, selon nos connaissances, concevoir que le corps tel que nous le connaissons persiste sous une essence surnaturelle ? (découvrez dans cet article une nouvelle définition du paradis et de l’enfer)

Afin de devenir immortel, il faut chercher dans la réalité physique du monde une solution qui nous donnerait l’immortalité, ou bien une explication convainquant notre esprit de son immortalité.

Ne plus avoir peur de la mort

Le processus de la mort

Lorsque les battements du cÅ“ur cessent, que l’organisme manque de nutriments, ses organes dysfonctionnent puis enfin ses cellules meurent. La chaleur autrefois produite par l’organisme se dissipe tandis qu’un froid mortel paralyse la créature. C’est à cet instant que les bactéries présentes naturellement dans l’organisme commencent à s’attaquer aux tissus, générant ainsi une cascade de réactions chimiques enclenchant la putréfaction du corps.

memento mori squelette dans un cimetière

Des organismes variés se succèdent les uns aux autres selon les stades de décomposition. La faune et la flore dégradent, ingèrent et digèrent l’organisme pour survivre. Les particules qui composaient l’individu autrefois se transforment afin de perdurer en d’autres êtres.

De la mort renaît la vie

Ce processus de mort et de décomposition peut sembler effrayant, cependant il nous apprend que nous faisons partie d’un Tout, du monde qui par ses lois se remodèle perpétuellement et ainsi survit. D’un monde qui toujours selon ses lois physiques fait preuve d’immortalité.

A sa mort, l’être humain continue d’exister dans ce même monde, dont il n’est qu’un fragment. Seul l’Ego meurt, c’est-à-dire la conscience d’exister par un corps organique et des sens, et la volonté de conservation. Ce processus de décomposition est en fait une renaissance de la vie, qui des ténèbres de la mort parvient à ressusciter !

Vaincre la mort pour devenir immortel

« Le Christ est ressuscité des morts ! Par sa mort, il a vaincu la mort. À ceux qui sont dans les tombeaux, il a donné la vie. Â»

Liturgie orthodoxe grecque

Ce chant chrétien connu depuis plus de 1500 ans cache en lui-même une grande profondeur théologique. En fait, la puissance de cette strophe provient du fait qu’elle a, comme la Bible, une capacité d’évolution (voici en exemple une forme d’interprétation de la Bible). Si les mots sont gravés dans le marbre, l’interprétation, elle, reste libre. Le Christ, comme élément fondateur de la vie siégeant à la droite du Père, est mort puis ressuscité. Symboliquement cela représente la victoire de la vie sur la mort. Et effectivement nous pouvons l’observer, de la mort renaît toujours la vie, c’est une loi de la nature. Et cela peu importe le milieu, d’un cadavre jaillit toujours une multitude d’autres organismes qui contribuent au maintien de la vie dans son ensemble et à long terme.

Cette pousse provient du même champ :   Comment faire face à l'avarice ?
homme marchant vers le paradis

En somme c’est uniquement l’Ego qui meurt, l’individu en tant qu’organisme vivant, cette part en nous qui contribue à nous maintenir en vie (pour comprendre l’Ego, c’est par ici). L’Ego, chose mortelle, ne peut concevoir sa propre mort sans être saisi d’angoisses existentielles. Cet Ego doit comprendre ce qui se produit au-delà de lui-même, il doit comprendre la source de l’immortalité.

Si l’Ego est mortel, la vie quant à elle se maintient dans une immortalité parfaite selon les lois de l’univers. Chaque mort est disséminé dans le monde comme énergie et matière afin de nourrir la vie. La créature égoïste n’est qu’une pièce temporaire devant un jour ou l’autre disparaître afin que la vie perdure.

Les preuves de l’immortalité

Le scientifique borné n’a qu’une façon de concevoir son corps, comme un simple agencement de particules subatomiques. En somme juste de la matière. Mais si, par une évolution spirituelle nous rajoutions par-dessus la science une forme de connaissance religieuse ?

La mort, c’est l’ouverture au monde, l’extinction de l’ego qui expérimente la vie par ses sens. Ego qui sans le savoir n’était déjà qu’un fragment temporaire de l’univers, de passage dans la vie afin de goûter à l’existence. Ce porteur de lumière doit tôt ou tard retourner au Tout, loin de sa perception subjective.

« Je crois en la vie après la mort tout simplement parce que l’énergie ne peut pas mourir; elle circule, se transforme et ne s’arrête jamais. »

Albert Einstein

Si, comme mon voisin, je ne suis qu’un assemblage de particules subatomiques, n’est-il pas vrai que nous faisons parti d’un même Tout ? Et si, à ma mort, mes particules se répartissent dans l’univers par la matière elle-même, n’est-il pas vrai que j’existe toujours en ce Tout ? Je suis donc immortel, comme mon voisin, comme chaque créature. Mais cette immortalité n’est pas palpable de l’échelle humaine, elle est de l’ordre cosmique. Elle provient du corps céleste de Dieu. Autrement dit, de l’ensemble des particules subatomiques composant l’univers et des lois physiques qui régissent ces particules. Cela veut dire que selon la science, qui dit que je ne suis qu’un assemblage de particules subatomiques comme chaque chose autour de moi, je suis indubitablement immortel au-delà de mon échelle mortelle.

Accepter son immortalité naturelle

Alors cessons de rechercher l’immortalité que nous possédons déjà. Oublions l’illusion d’un ego éternel, mais acceptons la vie éternelle dans le corps de Dieu. Ainsi nous oublions la mort, pour nous concentrer sur nos vies temporaires, qui existent afin que Dieu, en son Tout, puisse ressentir et aimer à travers chacune de ses créatures, et ceci jusqu’à la fin de l’éternité.

une lumière jaillit des cieux et se dépose sur la nature

L’homme, bien que primordial en tant que conscience, n’est qu’une pièce éphémère de l’univers. Fait de matière comme les objets l’entourant, il a simplement l’impression d’être en tant qu’être le temps d’une vie grâce à un assemblage parfait de particules. Finalement de son corps renaît la vie, il est Le fragment mortel de l’assemblage cosmique, et en tant que fragment il fait partie d’un Tout immortel. L’homme est donc par nature immortel. Donc comment devenir immortel ? Simplement en acceptant que nous le sommes dès notre naissance.


Nouveaux contes, mythes et légendes pour comprendre le XXIe siècle

Voici la compilation ultime de mes écrits. Vous y retrouverez plus de 300 pages de légendes et nouvelles, accompagnées de réflexions philosophiques :

Votre livre Cliquez ici ou sur l'image pour découvrir ce travail.

Un projet d’écriture ou une question ? Pour me contacter, c'est par ici

Précédent

Les voyages de l’explorateur Jacques Cartier

Suivant

Comment accepter ce qui est ?

  1. Nina

    “Noli me tangere”
    “Femme, pourquoi pleures-tu ? dit Jésus. Qui cherches-tu ?
    Le prenant pour le jardinier, elle répond : Si c’est toi qui l’as enlevé, seigneur, dis-moi où tu l’as mis et j’irai le chercher.
    Marie ! dit Jésus.
    Elle ne fait qu’un tour sur elle-même. Rabbouni ! dit-elle (c’est-à-dire Maître en hébreu).”

    Donc le Christ avant d’entrer dans la vie éternelle nest pas reconnu par ses disciples comme Marie de Magdala ou les pelerins d’Emmaüs.

    Est il permis de se demander si l’âme ayant laissé comme dépouille temporelle dans la terre ou dans le feu son cadavre n’a pas en fait après sa mort un corps lumineux (similaire à celui qui était le sien ) qui peut être vu, parfois reconnu ? Ou confondu avec un spectre, un fantôme ?

    Immortalité nest pas vie éternelle.

    Dieu du monde judéo chrétien promet la vie éternelle et non l’immortalité car seuls Adam et Eve étaient immortels avant la chute ;

    Pour Socrate et Platon l’âme est immortelle mais le corps est mortel et périssable ; et l’âme de vie en vie décrit une spirale dans un temps d’apprentissage.
    Pour arriver à la perfection.

    Le corps de résurrection du Christ est un corps glorieux, corps de lumière ; cela augure s’il de ce qu’il pourrait advenir de nous après la mort ?

    L’important n’est peut-être pas de savoir ce qu’il adviendra de nous lors du dernier souffle mais plutôt d’être certain d’avoir préservé durant la vie l’éclosion de cette “mémoire eternelle” portée par les autres, ceux qui nous ont aimé et connu.

    Ainsi notre petite vie continuera d’ ensemencer et de germer…

    • Merci pour ton commentaire. Je pense que ce passage où Jésus se présente dans un corps de lumière marque le changement d’état de sa personne. Il est passé d’un corps de mortel à la lumière éternelle. A la vie éternelle, car effectivement l’immortalité est impossible !

      Oui je pense aussi que ce qui compte c’est l’impulsion que l’on envoie dans l’univers, dans une continuité de la vie

  2. “La mort est un élément naturel de la vie, réjouis-toi pour tous ceux autour de toi qui retournent à la Force.” Maître Yoda à Anakin Skywalker

  3. Vérène Schaeffer

    L’immortalité est une dimension de la vie éternelle.
    Une vie à la mesure de Dieu qui nous la donne à vivre avec lui; une vie qui n’est plus enfermée dans le temps et dans l’espace; une vie qui se déploie dans un corps spirituel non conditionné par la matière en devenir; une vie dont la densité d’amour est au-delà de tout ce que l’on peut imaginer; une vie où les personnes parviennent à l’unité d’un amour sans obstacle; une vie que l’on peut dire ressuscitée : suscitée à nouveau sans plus aucune borne, telle que le Christ nous en montre la voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez tous mes livres : Cliquez ici pour découvrir mes plantations...

Thème par Anders Norén