La culture de l'esprit

jesus sur la croix

Les derniers seront les premiers signification

“Les derniers seront les premiers”. La signification de cette phrase semble lointaine à notre vie terrestre, étant souvent associée à l’entrée dans un paradis post mortem. Cependant, nous avons oublié sous les influences de l’église que Jésus, à l’origine, prêchait pour les vivants. Son rôle était d’apporter la parole de Dieu, c’est-à-dire ce que sa vie lui a inspiré et les conclusions qu’il en a tirées.

Comment pénétrer dans le royaume des cieux ?

Jésus est le nouveau Lucifer, le porteur de lumière. Sa fonction est d’aider les hommes à comprendre leur profondeur spirituelle, la sacré enfoui en chacun d’eux, et non de promettre aux pauvres un paradis qui serait refusé aux riches. Puisque Dieu est en chaque chose, le paradis, l’état qui suit la mort, attend chaque être vivant.

Lorsque Jésus prononce ces paroles dans la bible : “les derniers seront les premiers”, il fait référence au royaume des cieux. Et pour lui :

Le royaume des cieux est en vous !

Jésus Christ

Ce qui signifie que les portes de ce royaume peuvent s’ouvrir en chaque homme. En revanche, elles s’ouvrent difficilement chez les premiers, autrement dit chez ceux qui possèdent tous les biens terrestres. Car jésus promet ce royaume pour tous ceux qui le suivront, et ceux-là ont juré de se libérer des leurs freins matériels tout en prêchant pour le bien commun.

Pourquoi les derniers seront les premiers

En fait, pénétrer dans le royaume des cieux demande une élévation spirituelle. Pour cela il faut comprendre que Dieu est en chaque homme, et qu’en aidant son prochain on aide Dieu, ou soi-même dans une autre situation spatio-temporelle. Ce n’est qu’alors que l’individu œuvre pour défendre la miséricorde, la paix et l’amour, qui sont les clés d’une société saine.

Cette pousse provient du même champ :   La science pour se comprendre soi et le monde
Jésus sur la croix, avec citation "Les derniers seront les premiers"

Les derniers, qui ne possèdent rien et ont tout subi, seront les premiers car ils sont endurcis par la vie, et ont appris le plaisir des choses simples. Ce sont les premiers à ouvrir le royaume des cieux en eux car ils ne sont plus possédés par leurs biens matériels. Le mal qu’ils ont subi au cours de leur douloureuse existence les a amenés à relativiser et à comprendre. Leurs yeux se sont dévoilés, l’enfer sur terre s’est dévêtu, la vie leur apparaît sous un jour plus pur. Rien ne peut plus refermer les portes du paradis résidant en eux.

Les premiers seront les derniers

Les premiers seront les derniers à pénétrer dans le royaume des cieux. Attachés à leurs biens et leurs plaisirs, ils ont façonné leur conception du monde dans ce confort. A l’idée de perdre ce qui leur appartient l’angoisse les étreint, et l’envie de posséder plus les dirige. Leur âme, sans cesse tourmentée par des besoins matériels ne peut donc jamais trouver la paix.

Le royaume des cieux est en fait un état d’esprit dans lequel un être est heureux et comblé. Chaque homme qui respecte les préceptes de Jésus reçoit sont salaire : la paix de l’âme. Ne cherchons pas les anges dans le ciel, car ils sont en nous. 


Nouveaux contes, mythes et légendes pour comprendre le XXIe siècle

Voici la compilation ultime de mes écrits. Vous y retrouverez plus de 300 pages de légendes et nouvelles, accompagnées de réflexions philosophiques :

Votre livre Cliquez ici ou sur l'image pour découvrir ce travail.

Un projet d’écriture ou une question ? Pour me contacter, c'est par ici

Précédent

Le dragon européen, créature façonnée par la peur

Suivant

L’importance de Dieu chez William Blake

  1. nina

    Mt 20, 1-16
    parabole des ouvriers de la dernière heure
    “Ceux-là, les derniers venus, n’ont fait qu’une heure, et tu les traites à l’égal de nous, qui avons enduré le poids du jour et la chaleur !”
    Mais le maître répondit à l’un d’entre eux : “Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi. N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ?
    Prends ce qui te revient, et va-t’en. Je veux donner au dernier venu autant qu’à toi :
    n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens ? Ou alors ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?”

    C’est ainsi que les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers. »

    Il semble que la justice divine soit différente de celle des hommes ; chacun reçoit la même rétribution de son ” labeur” : ceux qui ont beaucoup travaillé et ceux qui sont arrivés à la fin ; tous ont part au royaume Divin ; les valeurs s’inversent, ce n’est peut-être pas par notre travail que l’on sera “récompensé ” mais par “notre participation” ; il est question de Présence au monde, à ce que l’on appelle dieu, en soi et autour de soi.
    l’important serait alors l’humilité et le “donner”, la générosité ; le reste ne serait que vanité.
    ” Vanités des vanités
    tout n’est que vanité”
    Ecclésiaste

    Tout est “futile”, “fugitif”, “évanescent”, la vie passe comme un souffle et tout s’efface.
    il y a des “comblés” de la vie qui ont vécu des douleurs et des malheurs et “des pauvres” qui ont toujours été heureux ; rien n’est aussi simple que le fait de croire que les riches sont comblés et les pauvres malheureux. c’est un peu “facile”.
    C’est plutôt oui, comme tu l’écris, ceux qui , comblés ou pauvres, se sont détachés des possessions car, ne dit t’on pas que lorsque l’on meurt on n’emporte rien d’autre avec soi que l’amour que l’on a généré autours de soi ?

  2. Vérène Schaeffer

    Cette phrase est une invitation à l’humilité.
    Jésus s’est fait serviteur de ses apôtres, n’est-il pas le Premier ?
    L’humilité est comme une balance ; plus on s’abaisse d’un côté et plus on est élevé de l’autre.
    Vivre humble sur terre, vous conduira a obtenir de grandes récompenses dans le Royaume de Dieu.

    Nous sommes tous appelés au Ciel mais peu y parviendront car il nous faut répondre à cet appel avec sincérité.

  3. Vérène Schaeffer

    Dieu a pour nous le regard de l’amour. Et chacun de nous est pour lui le premier ! Chacun de nous est le fils préféré, la fille adorée. Celui-celle en qui il a confiance, qui hérite de tous ses biens. C’est la parole fondatrice qui a été dite sur nous le jour de notre baptême : comme elle a raisonné du ciel lors du baptême de Jésus : Toi « tu es mon enfant bien aimé en qui j’ai mis tout mon amour » (Matt. 3:17).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez tous mes livres : Cliquez ici pour découvrir mes plantations...

Thème par Anders Norén