La culture de l'esprit

un homme avec une idée

Pourquoi faire du sport ?

Des grands spartiates qui élargissaient leurs compétences guerrières, aux pratiquants de salles aujourd’hui, depuis la nuit des temps le sport fait partie de l’humanité. Mais concrètement, quels sont les intérêts du sport ?

Bénéfice du sport pour la santé

La base de l’activité physique repose sur le fonctionnement de notre organisme. Comme tout organisme vivant, notre corps est fait de façon à prendre l’énergie dans le monde et à la conserver pour survivre. Ainsi, il ne dépense de l’énergie qu’en cas de nécessité, notamment si la dépense permettra d’obtenir des bénéfices. En d’autres mots, ce mécanisme est ce qui produit la flemme. La flemme est un comportement de conservation d’énergie guidé par notre Ego, Ego n’hésitant pas à faire régresser nos capacités mentales et physiques pour nous préserver (pour mieux comprendre l’Ego et ses mécanismes, je vous invite à lire cet article).

homme qui ouvre un pot de cornichons, sport de table

Sans stimulation, le corps ne maintient pas les structures qui lui semblent inutiles. En revanche, sous les contraintes, notre organisme va réparer les cellules endommagées et surcompenser, c’est-à-dire améliorer les cellules et en définitif nos performances. Notre organisme fonctionne donc par nécessité.

Dans notre société sédentaire, de nombreuses personnes n’ont pas d’activité physique imposée par leur travail. Ceci amène des problèmes comme l’obésité, le diabète ou une atonie générale ; mais ceci amène également une solution : le sport. Notre société a naturellement développé le sport de masse de façon à maintenir les organismes en bonne santé. Le sport a donc une véritable fonction dans notre société du moment qu’il est pratiqué.

Cette pousse provient du même champ :   Les zombies existent, mystérieux procédé de fabrication

L’activité physique permet d’augmenter nos capacités

Donc, pourquoi faire du sport ? Simplement pour stimuler notre organisme afin que, dans des conditions de vie sédentaires, il préserve voire améliore les capacités de nos tissus. Sous l’effet des contraintes les os augmentent leur minéralisation ; les muscles, comme le cœur, s’hypertrophient, maintenant donc l’organisme en bonne santé.

atlas portant la terre sur son dos

Le sport n’étant pas une nécessité de survie comme le travail, il demande une rigueur particulière. Le pratiquant doit faire appel à la discipline, cette capacité mentale de s’imposer des nécessités. Et c’est en s’imposant une activité sportive régulière que le sportif améliorera les capacités de son organisme. En s’entrainant, l’homme élargit ses capacités d’action sur le monde, et n’est ainsi plus limité par les faiblesses de son corps. Il n’est plus le prisonnier d’un organisme qui l’enchaîne, mais l’être libre qui se réalise sans limites.


Nouveaux contes, mythes et légendes pour comprendre le XXIe siècle

Voici la compilation ultime de mes écrits. Vous y retrouverez plus de 300 pages de légendes et nouvelles, accompagnées de réflexions philosophiques :

Votre livre Cliquez ici ou sur l'image pour découvrir ce travail.

Un projet d’écriture ou une question ? Pour me contacter, c'est par ici

Précédent

Comment détruire le Mal et faire le Bien ?

Suivant

Qui est James Bond, le symbole viril ultime ?

  1. Nina

    Je me dis en te lisant que dans les populations rurales tout d’abord l’activité liée au travail de la terre était intense et donc similaire à un sport puis, le week-end les fêtes apportaient toujours la danse folklorique et ciblée suivant les régions ; danse souvent rythmée et acrobatique, porteuse d’efforts répétés. Avec l’industrialisation, les sports d’eau durant le temps des vacances et les bals ou discothèques permettaient au corps de se défouler, de se dépenser physiquement et d’approfondir la maîtrise du corps mais aussi de stimuler et de parfaire son endurance.

    • La dépense physique était omniprésente dans nos sociétés, d’ailleurs le sport n’était que très peu développé car il n’y avait pas de sédentarisation liée. Le sport n’était pas une nécessité d’hygiène de vie

  2. Vérène Schaeffer

    Le sport c’est le dépassement de soi, c’est l’école de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez tous mes livres : Cliquez ici pour découvrir mes plantations...

Thème par Anders Norén