La culture de l'esprit

Dieu vous le rendra au centuple signification

“Tout ce que tu donnes Dieu te le rendra”. Cette phrase sonne comme si Dieu avait une dette à payer. Qu’un jour ou l’autre il récompensera le donateur en lui offrant tous les biens du monde. Cette pensée détourne par le fait même le sens de la phrase. Le don doit-il endetter celui qui reçoit ? Un don fait à un frère humain doit-il endetter Dieu ? Le don est un don, par essence il ne demande rien en retour. Malgré tout, la bonne action provoque t-elle un retour positif d’une façon ou d’une autre ?

Aide ton prochain et Dieu te le rendra

Il est dit que tout ce que tu feras pour lui, dieu te le rendra. Mais de quelle façon ? Une pensée qui s’est immiscée dans la doctrine chrétienne, est que lorsque l’on donne, on achète en quelque sorte notre place au paradis. Que Dieu nous rendra dans les cieux ce que nous avons donné sur Terre. Mais cela supposerait que Dieu, tout puissant, omniprésent et amour pur, fasse le trie parmi ses créatures qu’il a lui-même déchues ou glorifiées, afin de laisser passer uniquement les méritants vers l’au-delà. Si nous voyons Dieu comme un Zeus amélioré sur un nuage, c’est concevable. Mais si nous percevons Dieu comme la force et la matière régissant l’univers tout entier, c’est inacceptable.

homme marchant vers le paradis

Chaque créature est vouée à être remodelée dans le Grand Tout, car en ce Tout rien ne se perd mais tout ses transforme. La vie éternelle est une réalité, et à travers l’immensité de Dieu elle est donnée dès la naissance et à toutes les créatures humaines. Donc, Dieu ne peut offrir ce qu’il a déjà donnée. La récompense du don n’est donc pas à chercher dans les cieux.

L’origine biblique de cette pensée

Cette pensée n’existe pas dans le texte le plus sacré des chrétiens : le nouveau testament. Elle apparut donc par la suite, par la déformation des paroles originelles.

Jésus répondit: Je vous le dis en vérité, il n’est personne qui, ayant quitté, à cause de moi et à cause de la bonne nouvelle, sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou sa mère, ou son père, ou ses enfants, ou ses terres, ne reçoive au centuple, présentement dans ce siècle-ci, des maisons, des frères, des sœurs, des mères, des enfants, et des terres, avec des persécutions, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle.

Plusieurs des premiers seront les derniers, et plusieurs des derniers seront les premiers.

Evangile selon saint Marc

Jésus parle ici de récompense pour l’avoir suivi dans son combat, chaque fidèle recevra alors “dans ce siècle-ci !” donc bel et bien de leur vivant, les biens qu’ils ont dilapidés pour le suivre. C’est donc par le don fait, qu’ils reçoivent à leur tour.

Ce n’est que dans un second temps qu’est évoquée la vie éternelle qui sera donnée “dans le siècle à venir”. Autrement dit lorsque tous auront terminé leur vie individuelle. Ce fait n’est donc pas prioritaire sur le siècle présent. Le don se rapporte à l’origine, dans la Bible elle-même, à une récompense reçue de Dieu au cours de sa propre vie.

Cette pousse provient du même champ :   L'importance de Dieu chez William Blake
grande sainte croix

Donc, selon l’évangile de Saint Marc qui semble le plus ancien, le don est rendu au centuple et au présent ! La promesse de la vie éternelle (d’ailleurs elle ne signifie pas nécessairement un paradis, découvrez une autre interprétation du paradis), n’est que secondaire. Jésus avait donc conscience que ce qui compte pour un homme fait de chair, et pour Dieu qui vit à travers cette chair, c’est la vie elle-même. Et si le don est une priorité dans sa doctrine, c’est que nécessairement il est bon pour maintenir une société en bonne santé. ( la vie de Jésus est racontée dans cet article)

Pourquoi donner et faire le Bien ?

Le don est un bienfait qui assainit les relations. Celui qui donne crée un lien avec celui qui reçoit. Celui qui reçoit sera amené et incité à donner à son tour. Ainsi la relation se renforce. Par ce fait, nous comprenons tout l’intérêt de développer le don au sein d’une société. Celui-ci la stabilise.

En somme, donner fait partie de ce que l’on pourrait appeler faire le Bien, car le don bâtit, et ne détruit pas (cet article parle de la lutte du Bien face au Mal). Le don désamorce le Mal diffusé par les possessions matérielles, il détruit la jalousie et les peurs.

le don permet de se libérer du superflu citation

La peur de perdre ses biens est possessive, elle hante l’esprit qui finit par développer des troubles obsessionnels compulsifs (des réflexes de vérification de ses biens). Celui qui ne possède que l’essentiel est en paix. En donnant, nous libérons nos âmes des possessions matérielles. De cette peur de manquer, de l’angoisse du vol ; ne persiste qu’une paix fraternelle. Celle que ressent celui qui donne, celle que ressent celui qui est proche de ce qui a du sens. C’est-à-dire celui qui préfère ressentir le monde, plutôt que de le posséder.

Dieu rend effectivement au centuple le don, car celui-ci débloque parfois des opportunités en unifiant les êtres. Enfin, il permet au donateur de se libérer de la possession qu’un objet peut avoir sur son âme. Le don n’est pas une dette que Dieu doit payer, mais un échange de dons entre Lui, et ses créatures ; un échange qui réunit ces entités afin de faire de la vie un paradis.


Nouveaux contes, mythes et légendes pour comprendre le XXIe siècle

Voici la compilation ultime de mes écrits. Vous y retrouverez plus de 300 pages de légendes et nouvelles, accompagnées de réflexions philosophiques :

Votre livre Cliquez ici ou sur l'image pour découvrir ce travail.

Un projet d’écriture ou une question ? Pour me contacter, c'est par ici

Précédent

Qui est James Bond, le symbole viril ultime ?

Suivant

Les voyages de l’explorateur Jacques Cartier

  1. Vérène Schaeffer

    NOUS AVONS TOUS QUELQUE CHOSE À DONNER

    Ne gardons pas pour nous ce que Dieu nous a donné, mais partageons-le avec notre voisin : notre temps, notre énergie, notre amitié, nos ressources, notre joie. Par ce que nous possédons, cherchons à rendre heureux ceux qui nous entourent. Nous pouvons procurer tellement de bonheur, de joie, d’aide, de solutions seulement avec ce que nous avons ; nous n’avons pas besoin de faire des exploits, mais seulement à utiliser ce que Dieu nous a donné.

    Dieu nous bénit financièrement, Il a mis en nous des talents ou Il nous comble d’amour… Partageons cette ressource. Ne soyons pas stagnants ! Ne gardons pas pour nous ce que Dieu nous a donné ! La Bible nous dit que Dieu nous bénit afin que nous puissions à notre tour bénir.

    • Tout sur Terre est en perpétuel mouvement. Tout se transforme. L’égoïste conserve ses possessions car il croit qu’elles le rendent libre alors qu’elles l’emprisonnent. L’homme dans la vérité donne car il sait que tout doit à terme retourner à Dieu, c’est-à-dire aux mouvements de la matière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez tous mes livres : Cliquez ici pour découvrir mes plantations...

Thème par Anders Norén