La culture de l'esprit

L’œuvre ultime de Léon Tolstoï

Léon Tolstoï est très connu pour son roman : La Guerre et la Paix, mais en vérité, ce roman reflète t-il l’ampleur du personnage ?

Tolstoï sourit d'un air bienveillant

Catégorisé comme grand classique, la Guerre et la Paix reste un texte phare pour comprendre les Guerres Napoléoniennes. Les descriptions, alliées aux sentiments des soldats, peignent un tableau qui nous permet de visualiser l’horreur de la guerre. A côté de cette horreur nous découvrons les excès de la vie aristocratique, les bals et salons, les faux semblants et hypocrisies.

Finalement, Tolstoï qualifiera lui-même son roman de “bavardage mondain !”. Néanmoins, ce qualificatif semble légèrement exagéré puisque derrière le roman se dessinent certains traits de sagesse. Cette exagération montre que Tolstoï, parfois, se trouve dans des états d’âme violents où il veut à tout prix changer ; changer sa vie, ses privilèges, et vivre dans l’amour pur de Dieu, un amour qui viendra avec le temps, et qu’il cultivera ensuite jusqu’à la fin de ses jours.

Aimer la vie, c’est aimer Dieu. Le plus difficile et méritoire, c’est d’aimer cette vie dans ses douleurs, dans ses souffrances imméritées.

Léon Tolstoï, Guerre et paix

L’amour de Dieu

Cet amour se dévoile dans Anna Karénine sous le personnage de Lévine, un Barine (autrefois le nom des seigneurs russes) en quête de réponses existentielles. Lévine découvre lentement une sagesse paysanne qui pose les bases de sa réflexion, c’est-à-dire travailler, aimer Dieu et ses frères. Enfin, Lévine est frappé par une discussion avec un moujik (paysan russe). C’est alors que la paix s’installe dans son âme.

Il avait clairement compris que l’homme, n’ayant d’autres perspectives que la souffrance, la mort et l’oubli éternel, il devait, sous peine de se suicider, arriver à s’expliquer le problème de l’existence.

Léon Tolstoï, Anna karénine

Mais ce roman n’est qu’un effleurement, car après presque une vie entière de remise en question, Tolstoï se montrera dans toute sa splendeur dans son livre “Résurrection“. Il proposera alors une réponse claire à la question apportée par la citation ci-dessus : la religion est une forme de connaissance, comme la science, qui permet à l’homme de vivre sa vie sans tourments.

Tolstoï explique en français ce qu’est la religion.

Résurrection, de Léon Tolstoï

Cet écrit est une véritable Résurrection pour l’âme de ce septuagénaire. C’est un changement profond qui s’est creusé en lui, et désormais les mots ne doivent lui servir qu’à exprimer ce qui lui semble être La Vérité. Cette Vérité s’exprime dans Résurrection à travers Nekhludov, qui se retrouve par hasard à devoir juger une jeune femme dont il a abusé. En analysant la situation dans une vue d’ensemble, il se rend compte douloureusement qu’elle est ici à cause de lui. L’évènement déclenchera une importante remise en question, le personnage cherchera alors à se racheter jusqu’à la fin, même si sa vie entière doit en être bouleversée. Au cours de sa rédemption, il devra changer son mode de pensée d’aristocrate, et embrasser une vie nouvelle reconstruite sur les valeurs de l’amour de l’autre.

Cette pousse provient du même champ :   3 citations rares de Victor Hugo sur Dieu

Suite à la publication de ce livre, Tolstoï est excommunié de l’église orthodoxe. En effet, il semblerait que l’application réelle des paroles du Christ ne concorde pas avec les volontés du Tsar et des Patriarches de l’église. Léon Tolstoï, qui n’a cessé dans sa vie de chercher l’amélioration de soi et de sa morale, est dénigré par le monde aristocratique qui prétend qu’il a “sombré dans le délire mystique”.

Le devoir des hommes est de gagner leur pain à la sueur de leur front ; et lui, l’Antéchrist, il les tient enfermés, les nourrit sans travail comme des porcs, pour en faire des porcs.

Nous vivons dans la croyance que nous sommes nous mêmes les maîtres de notre vie, et que celle-ci ne nous a été donné que pour notre plaisir.

Léon Tolstoï, Résurrection


Je ne trouve pas dans cet écrit un “délire mystique”, mais bel et bien l’aboutissement de tout un développement spirituel. Un développement qui apporta la paix à l’âme angoissée de Tolstoï.

Dans cette ultime remise en question qu’est Résurrection, Tolstoï dira à travers son personnage :

“Oui, c’est bien cela qu’a été ma vie ! Mais désormais cette vie est finie, et une autre commence !”

Et vous, quel auteur vous a apporté une “Résurrection” ? Dites-le moi dans les commentaires !

Suivant

Devenir un chevalier noir

  1. Vérène Schaeffer

    “Si notre joie est née dans le péché, alors nous devons la racheter par les larmes et la souffrance.”
    Daphne Du Maurier
    Artiste, écrivaine, Romancière (1907 – 1989)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez tous mes livres : Cliquez ici pour découvrir mes plantations...

Thème par Anders Norén